Pourquoi la douleur de l’accouchement est si intense ?

La douleur de l’accouchement…la hantise  des femmes. Et j’en fais partie. Décrite comme étant quasiment insoutenable, d’une intensité inimaginable. Mais au fond pourquoi accoucher fait mal et est-ce vraiment de la douleur ??? Je réponds à toutes tes questions dans cet article.

D’où vient la douleur de l’accouchement ?

Douleur accouchement

Pour que le col de l’utérus s’ouvre, il faut que l’utérus se contracte. Et pour se contracter efficacement, il faut que l’ocytocine (l’hormone de l’amour) soit produite et active les petits capteurs qui se trouvent sur toutes la parois de l’utérus.

C’est pour cette raison que le dernier trimestre de grossesse, il faut que tu prennes soin de toi, de ton bien être. C’est le moment de te faire masser, de profiter avec tes amis, ta famille, ton/ta partenaire pour faire le plein d’amour. Au plus tu es remplie d’amour au plus tes contractions seront efficaces le jour J.

Donc ce qui fait mal, c’est le col qui s’étire. Ça peut être comparé aux sensations que l’on ressent lors d’exercices de musculation ou de yoga (ça brûle, ça pique , c’est intense).

Ce qui est très intense et considéré comme douloureux ce sont donc ces contractions qui écartent le col. Pour te faire part de mon expérience, les derniers centimètres d’ouverture du col on été très difficile pour moi. Je ne supportais plus l’intensité des contractions.

Il peut y avoir d’autres sources de douleurs

Pour la grande majorité des femmes qui ont vécu un accouchement sans péridurale, ce qui fait le plus mal ce sont donc ces fameuses contractions. Toute fois, les contractions ne sont pas les seules causes de douleur mais elles sont ce qui va être le plus longtemps douloureux.

Par exemple, le cercle de feu (le moment où la tête sort), est très douloureux pour certaines femmes et pas pour d’autres.

Personnellement, ayant vécu une épisiotomie pour mon premier accouchement, j’avais très peur de la sortie de la tête car mon episio m’avait fait mal pendant plus d’un an. Et en fin de compte, ce cercle de feu n’a pas été douloureux malgré le fait que j’ai eu une belle déchirure. Les contractions avaient été tellement intenses pour moi que c’était une libération.

Pourquoi c’est important de sentir la douleur de l’accouchement ?

Les sensations sont présentes dans notre corps pour nous diriger, pour nous alerter, pour nous faire passer un message.

Lors de l’enfantement, la mère et le bébé travaillent en équipe. La femme doit être connectée à son corps, à ses sensations, à son bébé pour pouvoir bouger, s’ouvrir et aider son bébé à descendre.

Ressentir la douleur de l’accouchement va lui permettre par exemple si elle sent trop d’intensité dans une hanche ou dans le bas du dos,… de changer de position et décoincer son bébé.

Pourquoi renoncer à la péridurale est mieux pour toi et ton bébé ?

Douleur accouchement

Comme dit précédemment, lors de l’accouchement, l’ocytocine est très importante pour un travail efficace et plus rapide. Lorsque l’on pose la péridurale, ça diminue considérablement le taux d’endorphines (l’hormone qui soulage la douleur). Ce qui impact directement la production d’ocytocine.

De ce fait, il faut injecter également de l’ocytocine de synthèse. Comme le corps de la femme est surchargé en ocytocine, il n’en produit plus. Ce qui peut provoquer un ralentissement du travail, des contractions moins efficaces voir un arrêt des contractions/travail. Un travail plus long risque de fatiguer le bébé (détresse foetale) et donc le taux d’épisiotomies, de ventouses, de césariennes augmente.

En plus de ça, les hormones que tu produis sont directement envoyées à ton bébé si ton taux d’endorphines diminues, ton bébé n’en reçoit pas non plus. Ce qui fait qu’il ressentira plus la douleur.

Il n’y a pas de preuves que le bébé éprouve de la douleur lors de l’enfantement mais c’est une supposition qui est tout à fait possible. Le crâne du bébé devant se déformer pour sortir. Il est tout à fait plausible que le bébé ait mal même si son crâne est fait pour. Notre corps est fait pour accoucher mais on a quand même mal.

Est ce vraiment de la douleur ?

La douleur est un terme qui fait peur. C’est quelques chose que nous ne voulons pas ressentir.

Au lieu de parler de douleur de l’accouchement, de plus en plus de professionnels dans le monde des naissances respectées, utilisent le terme d’intensité. Ce ne serait pas de la douleur mais plutôt une sensation très intense qui fait partie d’une des composantes de la douleur.

La douleurz serait donc définie par 4 composantes:

  • Le comportement: Le comportement est quant à lui un critère trop variable pour être pris au sérieux. Selon les habitudes et les croyances culturelles d’où vient la mère, son comportement sera différent et on ne peut pas se baser là dessus pour définir si la douleur est trop intense car la démonstration de la douleur peut dépendre de l’éducation et de la culture. Il vaut mieux lui demander.
  • La nociception (la lésion): dans le processus d’enfantement, si tout se passe bien, il n’y a pas le critère de nociception car il n’y a aucune lésion ( à part une éventuelle déchirure). Les contractions et l’ouverture du col ne provoque pas de lésions.
  • L’aspect désagréable: ça va être lié à nos émotions. Une femme qui est entrain de donner naissance, va avoir besoin d’un soutien émotionnel particulier. Elle va avoir besoin d’amour, de présence, de câlin, de caresses, etc… Si personne ne s’occupe d’elle de cette façon, elle va se sentir mal, triste, incapable de continuer et cet aspect désagréable ne peut pas être soulagé par une péridurale.
  • L’intensité: Ça va être la fameuse douleur très forte qu’on ressent lorsque qu’on a des contractions. Cette intensité va pouvoir être réduites grâce à des méthodes biomécaniques, des massages, des positions, des outil.

Donc oui et non ce n’est pas de la douleur, c’est une sensation très intense qui fait partie d’une des composantes de la douleur. Cette sensation peut être différemment perçue en fonction de la femme, de son accouchement, de son environnement, des personnes qui l’accompagnent, de sa préparation à enfanter des outils mis à sa disposition. Elle peut donc être presque agréable pour certaines voir extatique. Et pour d’autres très inconfortable voir insupportable.

Vais je supporter cette intensité ?

Je pense que quasiment toutes les femmes se posent cette question peu importe si elles ont déjà accouchées ou non. Car chaque grossesse, chaque enfantement est différent. On ne peut pas savoir comment ça va se passer, combien de temps ça va durer, etc…

Mais ce qui est sur, c’est que oui mama tu vas supporter cette intensité, tu vas te laisser porter par elle, sans lutter mais au contraire en travaillant avec elle. N’oublie jamais que ton corps est fait pour. ue tu es capable, que ton corps est capable de mettre au monde ce.s bébé.s.

Je ne peux malheureusement pas te dire comment val être ton ressenti mais je comprends ta peur. J’avais moi-même très peur pour mon premier comme pour mon deuxième accouchement. Je me trouve trop sensible à la douleur.

Mon expérience par rapport à la douleur de l’accouchement

Et pour te partager mon ressenti après mon accouchement sans péridurale:

J’ai supporté l’intensité jusqu’à 8-9 cm ce qui a duré plus ou moins 6 heures je pense. Les deux dernières heures, j’ai eu beaucoup de mal car déjà je supportais la douleur depuis plusieurs heures, j’étais fatiguée car j’avais pas dormi de la nuit.

Et surtout, je pensais que la naissance était imminente depuis 2-3 heures. Je ne savais pas à quelle stade mon col était et je ne voulais pas savoir pour ne pas être découragée et pour rester dans ma bulle.

Mais en écoutant mes sages femmes, c’était censé être pour bientôt sauf que je ne sentais pas pousser. Et du coup j’ai fini par me démoralisée, par avoir l’impression qu’il ne sortirait jamais, et c’est là que c’est devenu insoutenable. Donc garde confiance.

Je pense que je l’aurai vécu moins péniblement si je n’étais pas rentrée dans la baignoire directement, si j’étais restée un maximum debout, accroupie ou à quatre pattes car du coup mon col aurait lâché plus vite, et mon bébé serait descendu plus rapide. Et J’aurais du supporter l’intensité moins longtemps.

Tu n’est pas victime de la douleur

La douleur, tu ne dois pas la subir. Tu peux l’atténuer et travailler avec elle pour que ça aille plus vite. Si tu as peur de la douleur, si tu la laisse te submerger, alors tu vas te crisper, paniquer, te décourager, baisser les bras,etc … Et le travail mettra plus de temps.

Quand que tu te crispes (tu sers les dents, tu te contracte, tes points sont serrés,etc….) C’est la réponse naturelle de ton corps quand dans ta tête tu as peur. Tu te sens mal.

Ton corps est alors dans un état complètement contraire à l’ouverture. Le travail sert à ouvrir ton corps afin de créer un passage pour ton bébé.

On a découvert que lorsque qu’une femme serre les dents, son col et son vagin se contracte également. Ils sont reliés. Il faut te relâcher le plus possible. Souffler ta contraction, relâcher ta bouche et ton corps. Accueillir cette contractions comme une amie qui t’amène ton bébé. A chacune d’elle tu te rapproche de ton bébé.

Lorsque tu arrives à te détendre et à accueillir tes contractions. Ton col peut s’ouvrir de plusieurs centimètres en quelques minutes.

Et au contraire, si tu reste crisper que tu es dans la peur. Ton col n’avance plus et le travail ralenti.

Ton rapport à la douleur de l’accouchement peut tout changer

Douleur accouchement

Il est super important de changer ta vision de la douleur de l’accouchement. Elle peut devenir ta meilleure alliée pour te permettre de faire avancer ton travail rapidement.

Pour te prouver ce que je dis, voici ce que j’ai vécu :

Quand j’étais presque totalement ouverte. Lors de mon dernière accouchement. J’avais tellement mal. Je commençais à avoir tellement peur de ressentir encore une contraction que mon travail a stagné à 9,5cm d’ouverture.

Ma sage femme m’a alors demandé de sortir de l’eau, de me mettre debout et de faire pipi. Mais je ne voulais pas. Quand j’essayais de faire, ça relançait la contraction.

Finalement, elle m’a demandé de m’allonger sur le lit pour m’aider. Elle me répétait d’aller dans la sensation et je ne comprenais pas vraiment…

Puis, j’ai essayé de pousser pendant la contraction...

Et sur le moment, ça m’a fait plus mal mais au bout de quelques secondes, j’ai ressenti une forme de soulagement.

A partir de ce moment là, j’ai compris que je devais accompagner cette intensité pour aider mon bébé. Et après ça tout s’est débloqué. Et mon fils est né.

Pour conclure

La douleur lors de l’accouchement n’est pas une fatalité. Avec une bonne préparation, une connaissance des outils pour soulager la douleur, un espace intime, sécuritaire, bienveillant ou tu te sens en confiance et avec des personnes qui te soutiennent et te donne beaucoup d’amour.

Alors, tu as toutes les chances de vivre l’accouchement de tes rêves et peut être même sans douleur.

Garde à l’esprit que la douleur de l’accouchement est juste une sensation très intense qui est là pour te guider et te conduire à ton bébé.

Tu es capable, ton corps et ton esprit est capable de supporter cette intensité et de se surpasser. Tu es tellement plus forte que tu ne le pense.

Merci d’avoir lu cet article ! J’espère qu’il t’aura aidé. Si c’est le cas, je t’invite à le partager à quelqu’un qui en aurait besoin. Ainsi qu’à me partager tes questionnements et/ou ton vécu en commentaire. Je me ferais un plaisir d’échanger avec toi.

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager à quelqu'un qui en a besoin

Comments

Laisser un commentaire